La monnaie vectorielle

Extrait de l’Essai sur l’Oeconomie

par Pierre Calame, octobre 2009
Langue : anglais

Pour l’organisation des échanges, il n’est plus possible de s’en tenir à une monnaie unidimensionnelle comme unité de compte et moyen de paiement universels car elle masque la réalité des échanges. La généralisation des porte-monnaie électroniques permet d’envisager une monnaie à quatre dimensions : le travail interne à un territoire ; le travail fourni par l’extérieur ; l’énergie fossile ; les ressources naturelles non renouvelables. La nature même de l’énergie fossile conduit par ailleurs à distribuer les droits d’usage selon des quotas individuels négociables d’abord à l’échelle d’un territoire puis de proche en proche jusqu’à l’échelle planétaire.