Sécurité alimentaire, finance et commerce international

Comment protéger les pays en développement de la volatilité des marchés mondiaux

par
Langue : français

Dans les années 2007-2008, de nombreux pays en voie de développement se sont vus submergés par la grande vague d’augmentation des prix des produits agricoles, un véritable tsunami économique sur lequel ils n’avaient aucune prise. La crise a rendu manifeste l’impasse de l’approche dominante de l’agriculture et du commerce des biens alimentaires, fondée exclusivement sur la dérégulation et la financiarisation des marchés.

La présente note aborde ce problème du point de vue des pays en développement, et notamment des pays les plus pauvres, et avance pistes pour réguler les marchés mondiaux alimentaires :

  • diversifier les marchés nationaux et les déconnecter du marché international ;

  • créer une réserve virtuelle pour stabiliser les marchés mondiaux ;

  • réhabiliter la gestion de l’offre pour certain produits

  • limiter la financiarisation des marchés des produits de base ;

Mamadou CISSOKHO, président honoraire du Réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA) Thomas LINES (rédacteur), consultant indépendant, spécialiste du commerce agricole et de la sécurité alimentaire Machiko NISSANKE, Chaire des Sciences économiques à l’Ecole des études orientales et africaines de l’Université de Londres Alistair SMITH, Banana Link